Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Lina Carmen
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman

Rechercher

Catégories

4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 15:28

    Naly scruta de ses yeux sombres le paysage environnant : mort et destruction. Elle avait semé de ses bras puissants les graines de l’extermination. A ses pieds gisaient les cadavres des guerriers qu’elle avait vaincus. Leurs yeux vitreux grands ouverts n’exprimaient qu’un immense vide. Elle ferma ses paupières et tourna son visage vers le ciel. La brise apportait un peu de fraicheur sur ses traits endurcis par la guerre. Ses sourcils tenaient en permanence l’attitude singulière d’un arceau fébrile plissant constamment le haut de l’arête de son nez. Une expression perpétuelle de sa rigidité.

De combien d’êtres avait-elle abrégés l’existence ? Elle n’en avait pas fait le compte. Elle combattait depuis si longtemps… Elle se devait de protéger son peuple. Depuis toujours leurs terres aux ressources illimitées étaient enviées par diverses peuplades. Leurs mines recelaient de diamants et leurs fleuves d’or. Depuis des temps immémoriaux ils se battaient pour préserver leurs richesses.

Ils vivaient dans l’opulence, il est vrai. Mais pour préserver cette vie, ils étaient aussi devenus de farouches guerriers. Force de leur expérience et de leur détermination, ils avaient toujours su repousser l’ennemi. Mais que ce soit à cause de la misère ou de l’avidité, beaucoup continuaient leurs assauts incessants. Parmi son peuple, elle était devenue le plus grand d’entre eux. Son obstination et son courage l’avaient érigé au rang de chef. Elle commandait depuis des années une armée d’un millier de guerriers. Elle aurait pu rester à l’arrière et éviter le danger, mais c’était plus fort qu’elle. Une rage l’habitait. Elle avait besoin d’extérioriser la violence qui lui emplissait le corps à coup d’épée dans la chair de ses adversaires.

Aujourd’hui, les choses étaient différentes. C’est cette enfant qui avait tout changé. Ils avaient poursuivi leurs ennemis jusqu’à un village de montagne. Ces lâches se cachaient au lieu de se battre. Elle et une vingtaine de ses meilleurs guerriers les avaient débusqués. Ils avaient enfoncé les portes, fouillé les maisons, renversant les meubles à leur recherche.

Finalement, ils les avaient trouvés. Pas de prisonnier. C’était sa règle. Sa règle à elle, la chef de l’armée la plus sanguinaire de toutes les peuplades du monde… Elle avait ordonné qu’on les brûle vif. Elle avait regardé les flammes arracher des hurlements de douleurs à ses victimes. Pas un seul sentiment de pitié n’avait traversé son cœur.

Et pourtant… Quand elle vit le regard de cet ange, cette petite fille qui respirait l’innocence et la bonté… Elle n’y vit que haine farouche à son égard. Elle découvrit sous ces joues rosées, sous ce teint de porcelaine, sous ces boucles dorées, les traits endurcis qu’elle apercevait dans ce miroir qu’elle fuyait.

L’enfant ouvrit ses délicates lèvres écarlates. Sa bouche, autrefois habituée aux sourires, déclina une grimace répugnante. Une voix sanglotant s’échappa pour hurler avec douleur : « Monstre ! Tu es un monstre ! »

Ses yeux brillaient d’une redoutable fureur. Elle l’observait avec tant d’animosité que Naly ressenti une piqûre fugace lui brûlant la poitrine.

Elle détourna ses yeux de cette douleur insoutenable. Elle observa les corps calcinés et senti sa poitrine se gonfler, ses yeux s’humidifier. Qu’avait-elle ? Elle avait endurci son cœur, cherchant à taire les remords qui l’assaillaient. Elle y était si bien arrivée qu’elle s’était convaincue de son insensibilité. Et voilà que maintenant quelques mots l’ébranlaient ?

Elle avait décidé, il y a longtemps de n’avoir aucune pitié pour tout ceux qui voudraient porter atteinte à leur tranquillité. Mais quelle tranquillité avait-elle ? Aucune. Elle était toujours en guerre. Nuit et jour. Etait-ce sa vraie nature ? Elle le croyait, jusqu’à ce jour. Maintenant, elle en doutait. Qui était-elle en vérité ?

Elle avait pourtant continué la bataille, le lendemain et les jours qui suivirent, malgré la douleur qui lui tenaillait les entrailles. La dureté de ce visage d’enfant et sa voix accusatrice ne cessaient de lui revenir en mémoire, se mêlant à sa propre image. Ses nuits s’étaient peuplées de cauchemars où elle se perdait, ne sachant retrouver son chemin dans un amas de cadavres.

Naly inspectait les environs. Le sang avait encore coulé à flot aujourd’hui. Elle perçut son propre sang s’écoulant dans ses veines, se déversant dans son cœur. Un cœur de monstre ? Un battement sourd démarra dans ses tempes. Non, elle n’était pas un monstre. Ce martèlement qui agitait à chaque instant sa poitrine ne pouvait-être l’œuvre d’un sanguinaire. Si elle laissait son coeur agir à sa guise, il fondait en larme constamment. Sa tête résonnait de coups de tambour. Que devait-elle faire ?

Son ardeur pour la bataille s’était estompé. Elle ne voulait plus combattre. Elle n’avait qu’une envie : rendre les armes. Elle désirait laisser la violence et la hargne sur ce champ de mort. Elle leva les yeux vers ses guerriers qui attendaient ses ordres.

« Trouvez un nouveau chef. La guerre, c’est fini pour moi.»

Avec lenteur, elle sortit son épée de son fourreau. Elle pesait lourdement dans sa main, cette fidèle compagne de guerre. Lorsqu’elle la jeta vigoureusement contre le sol, un poids considérable s’échappa de son être. Naly s’attarda sur son épée, figée dans le sol. Elle se sentait si légère qu’elle pouvait croire posséder des ailes. Elle était interloquée par cette nouvelle sensation.

Décidée à rechercher la sérénité loin de ces lieux maudits, elle enfourcha son cheval et s’éloigna. Elle n’eut pas un regard pour son armée. Elle n’avait plus qu’un but : se retrouver.

 

    guerrierebis.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Texte
commenter cet article

commentaires

Caliope 08/02/2012 12:04

Salut, j'ai lu ton texte et je le trouve très bien écrit. Le personnage de la guerrière est bien travaillé. Comme Lael, je ne sais pas si l'enfant était une fille ou un garçon.
Autrement, les sentiments, émotions sont bien peints.

Je suis aussi allée voir le site que Lael t'a conseillé. Il est bien fait.

Lina Carmen 08/02/2012 21:17



Bonsoir ! Oui, je suis allée aussi sur ce blog, il me plait bien, une vraie mine de conseil ! Souvent je réécris ce genre de conseils sur un bout de papier que je colle sur mon mur. A chaque fois
que j'écris, j'ai tout ça sous les yeux ! C'est assez efficace.



Lael 06/02/2012 19:40

voilà qui est bien mieux ;) Plus de descriptions et de ressentis ça me plait ça, on le vit+ et ça devient touchant !

quelques "elle" à propos de l'enfant m'ont surpris. Un enfant, c'est masculin. Ou alors il faut que tu dises clairement que c'est une fille.

"quand elle le laissa agir à sa guise il fondait en larme" : j'ai relu trois fois avant de comprendre que tu parlais du coeur. Soit répéter coeur à la place du il, soit, et je pense que c'est ce
qui sonnerais mieux, reprendre ta phrase initiale "Car si elle ne le maîtrisait pas, il fondait en larme constamment.". L'idée de maîtrise est capitale, puisqu'elle ne l'a jamais laissé agir à sa
guise apparemment.

Sinon j'ai pensé à un truc à propos de ton dernier com où tu as expliqués comment Nally voit les choses. ça mériterais je pense d'être mieux expliqués, tu peux presque reprendre tes phrases de ton
com. Tu dis "Désemparée, elle abandonne tout", là on ne sent pas qu'elle est désemparée : le passage sur son coeur jusqu'à la phrase, bref lorsqu'elle prend sa décision, est réfléchis et maîtrisé.
Tu pourrais faire une métaphore sur ses certitudes qui se brisent, tu pourrais dire qu'elle a un long frisson qui la fait brièvement trembler de tout son long. On est encore dans un passage trop
intellectuel je trouves XD
Sinon j'aime beaucoup ton image de fin lorsqu'elle dépose son épée (même si des ailes c'est ptet un chouya exagéré, puisqu'elle est soulagée mais en état de choc).

Je voulais aussi te conseiller un blog, une vrai mine d'or sur l'écriture, entre autre sur les comparaisons :
http://ecriture-livres.fr/boite-outils-ecrivain/quete-style-manuscrit-roman-texte/trouver-cliches-metaphores-texte

Lina Carmen 08/02/2012 21:15



Ouh là là ! J'ai laissé passer des fautes évidentes ! Je me suis abonnée à la newsletter du blog que tu m'as conseillé. Je lis déjà enviedécrire régulièrement, mais on n'a jamais trop de conseils
pour progresser ! Merci du tuyau.