Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Lina Carmen
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman

Rechercher

Catégories

7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 18:40

Face aux difficultés à se faire publier, tout auteur se pose un jour la question cruciale : "Pourquoi ne pas me lancer dans l'auto-édition ?"

Rappelons que l'auto-édition, c'est financer soi-même l'impression et la diffusion d'un ouvrage sans passer par un éditeur. Mais il n'est pas toujours évident de : 1. trouver l'argent et de 2. faire sa propre promotion.

Pendant longtemps, un auteur débutant n'avait pas d'autres choix que de tenter encore et encore sa chance auprès d'un éditeur, de préférence renommé.

Au XXIème siècle, les choses sont différentes. Nous avons Internet et le livre numérique.

Alors oui, le livre papier est plus agréable à lire qu'un livre numérique. Dans ce denier, deux sens sont en léthargie : l'odorat et le toucher (quoique j'effleure ma kindle pour tourner les pages... mais ce n'est pas pareil). Mais avant de s'intéresser au lecteur, mettons-nous dans la peau de l'auteur débutant qui aimerait être lu. Car éditer numériquement, c'est GRATUIT. Avec Amazon, tout le monde peut éditer son ouvrage sans avancer un seul sou. Et si on arrive à vendre, on peut même faire des bénéfices ! Et pourquoi pas, avec ces bénéfices, éditer en format papier ? Ou, pour ceux qui rêvent toujours d'être édité par une grande maison d'édition, il y a l'exemple d'Amanda Hocking.

Je reprends ici les propos de Stéphane Ternoise dans "Le livre numérique, fils de l'auto-édition", que je recommande : "Amanda Hocking, américaine, 26 ans, refusée par les éditeurs et publiant sur Amazon ses onze livres. Sans éditeur, en auto-édition donc, avec des prix de 0,99 à 2,99 dollars. Plus d'un million d'exemplaires achetés. (...) Naturellement, le monde de l'édition classique a essayé de récupérer la jeune femme et elle a signé pour quatre livres un gros contrat."

Bien entendu, ne nous faisons aucune illusion, c'est un exemple qui ne se reproduira pas si souvent. Et puis, nous sommes en France...

En tout cas, une chose est sûr, le monde de l'édition bouge. Allons nous, nous les auteurs, profiter de cette aubaine ?

De Lina Carmen

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Actualité
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 10:42

Une nouvelle mode fait son essor aux Etats-Unis : les Booktracks. Ce sont des livres numériques accompagnés de bruitages et d'animation. Des oeuvres classiques ont été adaptés à cette nouvelle forme de lecture : le Ruban Moucheté de Sir Arthur Conan Doyle par exemple. Mais vous ne pouvez pas y lire le texte original : il est transformé pour en faciliter la lecture sous cette forme.

En France, l'entreprise Byook propose ce genre de livres numériques pour iPhone et iPad. Tout porte à croire que ce genre de littérature se développera rapidement, vu le succés aux Etats-Unis.

Une question me vient à l'esprit : "Que deviendra l'imagination ?"  Lorsqu'on lit un livre, on voit les images, on entend les bruits, on s'imagine les scénes et c'est la grande différence avec un film : on a toute liberté pour s'imaginer. Et aujourd'hui, on nous propose un intermédiaire. Ce n'est ni un film, ni un livre, c'est un peu des deux. Quelle paresse de l'esprit !

Je dis oui aux livres numériques car je suis séduite par l'accessibilité à toutes ces oeuvres littéraires (classiques ou nouveaux auteurs). Mais je reste attachée au livre-objet, aux sensations qu'il permet : odeur et toucher. Je reste d'ailleurs persuadée que le livre papier ne disparaîtra pas.

Mais des livres qui imaginent à votre place, je dis non merci. L'imagination, c'est la liberté, ne la perdons pas ! 

Voici le lien vers un article traitant de ce sujet  : Les e-books, dénaturent-ils les oeuvres classiques ? 

 

De Lina Carmen

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Actualité
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 19:04

Dimanche dernier, dans l'émission sept à huit sur TF1, un aspect plutôt déconcertant de la chine nous a été présenté.

 

Imaginez un monde où, pour obtenir un emploi, vous devez absolument passer par la chirurgie esthétique, où les entretiens d'emploi pour un poste de secrétaire sont transformés en défilé de top model et où les petites annonces pour un poste de vendeuse spécifient la taille exigé. Et bien n'imaginez plus, rendez-vous en chine où visionnez cette émission, et vous découvrirez ce monde impitoyable où une beauté figée fait la loi.

 

Pour visionner la video, cliquez ici. 

 

Il est vraiment déconcertant de se dire que tout cela est bel et bien réel. J'ai écrit une nouvelle intitulé "Parfaitement jolie" où j'ai imaginé un monde où, pour avoir accés à l'université, aux magasins et à un emploi, il faut systématiquement passer par la chirurgie esthétique afin de ressembler à tout le monde.

Dans cette nouvelle, certains sont même obligés de faire rallonger leurs jambes pour avoir la taille idéal. Mais voilà, j'avais tout imaginé. Je ne me doutais pas que quelques unes de mes inventions étaient déjà réalité en Chine.

Finalement, je n'ai rien inventé, j'ai juste pressenti une réalité que je pensais future et qui est déjà présente. Ecrire de la science fiction devient bien difficile, car on est vite rattrappé par la réalité. C'est incroyable comme le monde avance vite et croyez moi, ce n'est pas vers le bien, loin de là...

 

 

    chirurgie-esthetique-chine.jpg

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Actualité
commenter cet article