Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Profil

  • Lina Carmen
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman

Rechercher

Catégories

/ / /

Le Capitaine Wolf fixait l’immense hublot qui garnissait le poste de pilotage. Emu, il observait cette bille noir striée de gris s’éloigner progressivement de son champ de vision.

« Et une de plus ! se dit-il. »

Lorsqu’il fut trop loin pour la distinguer, il se retira dans ses appartements, laissant le commandement à son second.

Fébrile, il alluma son cyber-intellect. Une jeune femme apparu et le salua chaleureusement :

— Bonjour Capitaine, que puis-je pour vous ?

— Saniya, j’aimerais que tu m’initialises quelques photos de la planète noire.

— Très bien, en voici quelques unes, dites-moi celle qui vous plait.

Plusieurs images défilèrent, présentant la planète sous différents angles.

« Stop ! s’écria le capitaine, enthousiaste. Celle-ci est parfaite. Mets en route la modélisation sur la base de cette photo. »

Obéissante, l’IA Saniya enclencha le processus de modélisation. Un monceau de matière flasque émergea d’un tube aux bords en éventail. Dans un bruit de ventouse, la boule immonde cherchait la forme à prendre.

Impatient, le Capitaine scrutait l’objet de sa convoitise de ses yeux ébahis, un filet de bave s’écoulant de sa bouche entrouverte.

Tressautant sous les ondes électriques, la masse peu ragoûtante pris une forme plus lisse, plus ferme, semblant se décider enfin sur le choix de son apparence. Puis, tel un mannequin se préparant pour son premier défilé, elle tenta un maquillage aux couleurs locales : noir et gris. Sur un fond charbonneux, elle traça des traits grisés plus où moins fin, ondulant sur sa surface ovale. Enfin, elle se grossit un peu plus, désirant se présenter à son plus bel avantage. Son plus fidèle fan pouvait enfin admirer toute sa beauté.

« Modélisation terminée. »

La Capitaine Wolf tendit sa main. La planète miniature tomba entre ses doigts. Délicatement, il la caressa de ses doigts noueux. Etait-ce son imagination ? Il lui sembla qu’elle avait tremblé à son contact.

Il ouvrit une cache secrète. Là, d’autres planètes en modèle réduit étaient alignées, flottant dans un mini-univers reconstitué. La planète noire rejoignit ses semblables.

Heureux, le Capitaine resta là un long moment, à les observer.

Certains collectionnaient des bijoux, d’autres des armes ou encore des animaux exotiques, lui, c’était les nouvelles planètes. Depuis une centaine d’années terriennes, il sillonnait les différents univers à la recherche de nouvelles planètes, à bord de son vaisseau spatial : « le Colomb ». Grand explorateur, il avait ainsi permis la colonisation d’une cinquantaine de nouvelles terres. Beaucoup d’entre elles étaient exploitées pour les nombreuses énergies ou minerais qu’elles renfermaient. La planète noire ne ferait pas exception. Recouverte d’une pierre noire, seulement traversée de bandes de poussières grisâtre où subsistait une peuplade d’insectes bipèdes, elle était certainement promise à un bel avenir aux mains des multinationales avides de pouvoir et de gain.

La suite ne lui importait guère. Seul comptait sa collection. Une seule préoccupation emplissait l’esprit du vieil explorateur : quel serait sa prochaine découverte ?

*

Sallymou poussa la porte de la boutique pour la énième fois. Star de la chanson, la belle aux formes arrondies et à la peau noire hésitait sur le motif à choisir. Elle savait que son choix serait crucial. Ses nombreux fans la suivront, inévitablement. Depuis plusieurs années, c’était elle qui faisait la mode. En tout cas, une seule chose était certaine : elle voulait une pierre noire. Mais quel piercing choisir ? Ce clou à la pointe effilée, cette boule luisante ou peut-être ce cœur noir ?

Son regard s’arrêta sur l’hexagone ténébreux, aussi gros que l’ongle de son pouce. Ses formes parfaitement géométriques, son noir profond brillant d’une luminosité peu ordinaire l’hypnotisèrent.

— C’est celui là que je veux, déclara-t-elle à la vendeuse.

— Vous en êtes certaine ?

— Oui.

— De toute façon, vous pourrez toujours l’échanger si vous changez d’avis.

— Ce ne sera pas nécessaire.

Sallymou ressortit, arborant son nouveau bijou sur le nez. Elle pensait déjà au prochain piercing qu’elle s’offrirait.

*

« Pour terminer notre journal télévisé d’aujourd’hui, je vous invite à suivre le reportage qui a pour thème : « Histoire d’une pierre ». Retrouvons immédiatement notre envoyé spécial sur la planète noire : Stephen Irving. »

« Chers téléspectateurs, comme vous le savez certainement, la planète noire, se situant dans la galaxie d’Andromède est depuis de nombreuses années une source inépuisable d’un minerai extraordinaire que nous avons appelé simplement : la pierre noire. Aujourd’hui, l’extraction de cette pierre a permise son utilisation dans de nombreux domaines mais le principal étant : la beauté ! Il est vrai que cette pierre, d’un noir éclatant et hypnotique, a su inspirer les plus grands créateurs de bijoux. Rares sont ceux, d’ailleurs, qui n’ont pas un piercing à l’effigie de la pierre noire. Moi-même, j’en possède plusieurs dont l’un ici, sur l’arête de mon oreille droite. Mais dans certains pays, cette pierre noire a d’autres vertus. Certains affirment qu’elle arrête le vieillissement et permet de vivre éternellement ! Pour cela, il suffit de la broyer et d’avaler la poudre avec une boisson de votre choix. Affirmation nullement confirmée par la communauté scientifique… Un autre marché vient d’ailleurs de s’ouvrir : celui de l’ameublement ! Certains virtuoses du burin ont transformé certaines pierres en table, chaise ou bureau. Tout cela en image dans quelques instants. Mais pour le moment, j’aimerai vous faire découvrir la planète noire et ses peuplades étranges. Ces extra-terrestres ressemblent à des insectes géants, plutôt laids mais extrêmement craintifs. Leur langage est incompréhensible. Nous n’avons jamais pu réellement communiquer avec eux mais ils n’ont jamais manifesté la moindre hostilité. Le plus étrange est qu’ils n’osent pas approcher, ni toucher la pierre noire. Ils vivent dans la poussière qui s’étend en de larges territoires. Au centre de l’une d’entre elle, s’élève un rectangle de pierre noire auquel ils semblent vouer une certaine dévotion, tournant autour en une danse insolite. Certainement une cérémonie religieuse. Nous avons donc décidé de leur laisser cette montagne de pierre noire, la planète en recelant suffisamment. Maintenant, suivez-moi, je vais vous montrer tout cela en image ! »

*

Sallymou se mirait dans le miroir, satisfaite. Ses cheveux tressés tombaient jusqu’aux fesses, sa poitrine ressortait sous le mini tee-shirt moulant et son short minuscule laissait ressortir ses cuisses charnues. Les pieds nus, elle avait pris l’habitude de monter sur scène en petite tenue afin de mettre en avant ses nombreux piercings. Maniaque, elle les recompta pour la dixième fois de la journée. Dix-neuf. De toutes formes et étalés un peu partout sur son corps, ils étaient tous de la même matière : la pierre noire.

Enfin, elle était prête. Exaltée, Sallymou entra sur scène.

*

Sur la planète noire, les insectes bipèdes s’agitèrent. Tous assemblés autour de la montagne noire, ils tapaient le sol anthracite de leurs pattes efflanquées. Un nuage de poussière s’éleva autour du rectangle sombre. Un sifflement perçant s’éleva de la masse.

Soudain, le ciel s’assombrit et la terre trembla. Nullement inquiets, les autochtones continuaient leur psalmodie sifflante. La montagne noire s’agita à son tour. Ses contours s’émoussèrent, sa taille se rétrécit de quelques pouces. D’un rectangle géométrique, elle se changea en une forme spongieuse, vibrant sous une impulsion invisible.

Excités, les insectes sautèrent sur place, accompagnant les trépidations qui secouaient le sol.

Une lumière irréelle, sombre et lumineuse à la fois, sortit de la pierre inconsistante, se déployant sur la multitude qui s’était tue en un seul mouvement.

Ivre de cette onde ombreuse, les plus proches s’élancèrent sur la paroi poreuse. Ils s’y agglutinèrent, restant collés comme sur un chewing gum. Silencieusement, les survivants observèrent leurs compatriotes se faire absorber par la pierre noire.

*

Sallymou chantait sous les cris de son public. Tout à coup, son nez la démangea fortement, puis ce fut la poitrine, le sourcil, le nombril, les lobes d’oreilles, la lèvre, la langue… Les démangeaisons se transformèrent en brûlures, de plus en plus fortes. La douleur devint vite insupportable. Elle tituba, s’agenouilla en hurlant de douleur, essayant d’arracher ses piercings qui lui consumaient la peau. Au même moment, les musiciens, le public, tous ressentirent les mêmes symptômes. Ils s’affalèrent, tandis que de nombreux cris de souffrance s’élevèrent dans la salle de concert.

Sallymou ne pouvait plus enlever ses piercings. Leur consistance avait changé. Mou et brûlant, ils irradiaient une lueur opaque. Elle vit subitement que le piercing de son nombril grandissait considérablement, cherchant à lui dévorer le ventre. Bientôt, elle ne vit plus rien, le piercing de son nez lui obstruant la vue. Epouvantée, Sallymou perdit connaissance.

*

Encyclopédie historique des univers connus : « La grande crise qui eut lui en 4 008 fut déclenchée par une catastrophe sans précédent : l’invasion de micro-organismes intelligents. Il fallut presque 25 ans avant de réussir à endiguer ce fléau. Ces formes de vie extra-terrestre avaient été importées sur terre sous l’aspect d’une pierre noire, utilisée comme bijoux pour les piercings. En réalité, il s’agissait d’êtres vivant en sommeil qui se réveillaient toutes les quinze lunes, selon le calendrier de la planète noire. Il s’avéra qu’ils se nourrissaient des insectes humanoïdes qui peuplaient la planète. Expatriés sur terre, ils s’attaquèrent aux humains sur lesquels ils se trouvaient. Beaucoup moururent des premières attaques et les survivants durent affronter une guérilla longue et éprouvante… »

De Lina Carmen

Partager cette page

Repost 0
Published by