Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Lina Carmen
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman
  • Auteur avant tout pour la jeunesse, mon roman "L'émeraude oubliée : l'évasion", tome 1 sort en juin 2014, avec les éditions La Bourdonnaye. Les deux autres tomes suivront fin 2014 et en 2015. J'écris aussi pour les adultes avec deux autres roman

Rechercher

Catégories

16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 20:04

"Reflets de miroir", mon recueil de nouvelles de science fiction est en promotion jusqu'au 21 février ! Offre à saisir.

 

cliquez ici pour l'acheter.

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans écriture
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 16:09

    Serge Brussolo n'est plus à présenter et mon admiration pour son imagination sans limite non plus ! J'aimerai encore, le temps de cet article, vous faire entrer dans son univers.

Je viens de terminer la lecture de trois de ses nouvelles, regroupées sous le titre de l'une d'entre elles : "Aussi lourd que le vent".

  

1. Trajets et itinéraires de l'oubli. Fermez les yeux et imaginez un musée. Attention, pas le simple musée dont vous faites le tour en moins d'une heure. Non, un musée si gigantesque et labyrinthique que pour pouvoir retrouver la sortie, vous devez vous munir d'un robot qui vous guidera. Un musée sans horaires de fermeture car vous pouvez y rester des jours, voir des mois ou des années, des salles de bain, des banquettes et des distributeurs de nourriture étant à votre disposition. Bref, un autre univers où on peut très vite se perdre... ou faire d'étranges rencontres. Je ne vous en dit pas plus, mais ces  quelques lignes ne sont qu'un bref résumé des idées loufoques et pourtant logiques dont recèle cette nouvelle.

 

2. Visite guidée. Maintenant, imaginez une réserve atypique. Vous n'y trouverez pas des indiens ou des animaux, non, mais des mutants ayant séjournés pendant des siècles dans un territoire contaminé par la radioactivité. Au fil du temps, ils ont créé tout un code et une culture dont les bases restent floues. Un chercheur va essayer de comprendre et d'apprendre à connaître ce peuple étrange tandis que les touristes continuent d'affluer dans la réserve afin d'observer les mutants avec une curiosité malsaine. Ce médecin découvrira qu'ils sont victimes d'handicaps peu conventionnels, tel cette femme qui ne peut que marcher à reculons ou cet enfant dont la perspective est si faussée qu'il croit qu'il lui faut des semaines pour atteindre un jouet tombé à quelques mètres; ou encore cette femme qui ne peut que percevoir le bois, ou cette autre femme qui ne peut qu'entendre la note si... Mais le plus étonnant reste à venir, lorsqu'il découvre que leurs organes ne sont pas placés au même endroit que la plupart des gens et que surtout, leur sang possède des particularités assez singulières...

 

3. Aussi lourd que le vent. Un nouvel art voit le jour dans cette nouvelle : sculpter le néant avec les mots ! Grâce à certaines drogues, en prononçant certains mots, on peut créer des sculptures. Une artiste va tenter de maîtriser cet art afin de réaliser les plus belles oeuvres. Oui, mais le souci est que les plus belles sculptures naissent des pires insultes...

 

Au delà de l'imagination délirante de Serge Brussolo, j'ai remarqué que le même relationnel transparait constamment. Bien souvent, ses romans (et nouvelles) mettent en scène un couple dont la femme est déprimée. Elle ne sait pas quoi faire de sa vie et n'est pas heureuse en ménage. Le mari quant à lui, ne sait pas communiquer, laisse sa femme faire ce qu'elle veut, tout en restant éperdumment amoureux.

 

On retrouve également beaucoup de symboliques. Les personnages féminins sont souvent torturés, ne trouvant pas leur place dans la société. Par exemple, le musée labyrinthique de la première nouvelle représente la perdition psychologique d'Elsy. Elle ne sait vraiment plus où elle en est. Dans la seconde nouvelle, elle désire devenir quelqu'un d'autre, même plusieurs personnes à la fois. En fait ces deux personnages féminins se cherchent mais ne se trouvent pas. Elles finissent par devenir tout à fait quelqu'un d'autre. Elles sont définitivement perdues tandis que leur époux espére les retrouver. La fin est d'ailleurs très noir, comme s'il était impossible de trouver sa voie ainsi que le bonheur. Ce qui est peut-être vrai d'ailleurs, j'ai tendance à penser ainsi...

 

Enfin bref, comme toujours, je vous en conseille vivement la lecture !

 

De Lina Carmen Brussolo-.jpg 

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Lecture
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 14:54
Aujourd'hui, j'ai décidé de vous mettre un nouvel extrait de mon recueil de nouvelles de science fiction : "Reflets de miroir". Mais avant tout, pour ceux qui ne connaissent pas encore, voici ma vidéo de présentation :

 

 

Et voici l'extrait tiré de la dernière nouvelle : "Voyages parallèles"

 

"Enfin, la page de pub tira à sa fin et le générique de « A qui le tour ? » débuta. Miguel Davis accueillit son public avec des mimiques simiesques qui se voulaient chaleureuses et enthousiastes.

« Chers invités et chers téléspectateurs, bienvenue dans l’émission qui révèle les talents les plus inattendus ! Aujourd’hui, c’est au tour de Vera Fellings de nous dévoiler ses petits secrets ! Je vous demande de l’applaudir bien fort… »

Une jeune femme d’une vingtaine d’années fit son entrée sur la scène. Elle alla rejoindre Miguel qui s’était assis dans un magnifique sofa d’un rouge vif. Chacun de ses pas trahissait son élégante simplicité : chemise blanche sur jupe droite chocolat, cheveux auburn attachés en queue de cheval. Ses bijoux, d’une grande modestie, se composaient seulement de petits  pendentifs. Cette tenue faisait ressortir sa beauté naturelle qui n’avait nul besoin d’artifices pour se révéler.

A l’entrée de Vera, Mireille se redressa dans son fauteuil et approcha son visage de l’écran pour mieux la voir. Ses yeux pétillaient et un petit sourire éclaira son visage gras.

— Bonsoir mademoiselle Fellings !

— Bonsoir Miguel.

— Puis-je vous appeler Vera ?

— Bien entendu.

— Merci. Je vais tout d’abord faire votre présentation. Vous êtes la fille unique de Ryan Fellings, le grand producteur de films à sensations. Mais on ne vous a pas toujours appelée Vera Fellings, votre père vous avez donné un tout autre nom.

— Oui, mais Vera Fellings est le seul que je désire porter, dit-elle en fronçant les sourcils, irritée.

— Oui, oui, mais avez-vous un lien de parenté avec Vera Kops ?

Vera s’agita sur son siège et hésita avant de répondre :

— Je n’ai que son visage en commun.

— Exactement ! s’exclama Miguel. Vous avez eu une naissance très particulière. Découvrons ensemble le premier secret de Vera Fellings à travers ces quelques images ! 

Suivit un reportage qui retraçait la conception de Vera. L’interview du grand généticien, le docteur Bénoty, mettait en lumière sa naissance unique. Bébé éprouvette, elle avait été conçue selon l’image désirée par son père. Elle ressemblait, trait pour trait, à ce qu’il avait exigé. C’est là qu’intervenait le grand génie du docteur Bénoty (lui-même se qualifiait ainsi), qui surpassait toutes les réalisations de la conception in-vitro faites jusqu’alors. En effet, il avait travaillé au cœur de l’ADN de Vera pour lui donner la couleur des yeux, des cheveux et de la peau, ainsi que les traits du visage, les formes du corps, désirés par le papa. Ainsi, tous les parents suffisamment riches pouvaient commander leur bébé au docteur Bénoty qui se faisait un plaisir, pour une somme rondelette, de le faire ressembler à la grand-mère, la sœur, ou le grand-oncle. Depuis la création de sa petite entreprise, il avait quelques bébés en  préparation. Il profitait d’ailleurs de cette interview pour faire sa propre publicité. Ensuite, le journaliste interviewa le second médecin qui avait participé à l’élaboration du premier bébé sur commande. C’était le docteur Verhenteinsch, grand spécialiste dans plusieurs branches de la médecine, mais surtout dans celle de la croissance humaine. C’est ainsi qu’on apprit que Vera avait subi une croissance accélérée afin d’atteindre l’âge de seize ans en vingt-et-un mois ! Son enfance, simulée dans un monde virtuel, n’avait duré, en réalité, que dix-huit heures. Passage obligé, après son réveil, à l’âge de seize ans, afin qu’elle acquière les connaissances nécessaires à sa vie d’adulte. Peu de parents étaient intéressés par cet aspect du prodige Vera Kops. Par contre, l’armée avait déjà fait de nombreuses propositions au détenteur du secret de la croissance accélérée… Le docteur Verhenteinsch ne précisa pas s’il avait signé avec les militaires. Le premier reportage se termina sur ces quelques révélations.

Après un petit jingle, Miguel et Vera réapparurent.

— Eh bien Vera, voilà des révélations peu ordinaires ! Qu’est-ce que ça fait de ne pas avoir eu de vraie enfance ?

— Heu !… hésita-t-elle. Je n’étais pas venue pour parler de ça.

— Ne vous inquiétez pas miss Vera, nous allons bientôt aborder le sujet qui vous a fait accepter votre intervention dans mon émission. C’est d’ailleurs la révélation la plus spectaculaire de toute ma carrière. Ne m’en voulez pas si je garde le meilleur pour la fin. Peu d’entre nous ont essayé le monde virtuel. Dites-nous, est-ce aussi réel qu’on le dit ?

— Oui, je n’ai d’ailleurs pas réalisé de suite que cette enfance n’était que factice. C’est bizarre, car dans le virtuel on n’a pas besoin de dormir ni de manger. J’ai donc passé mon temps à apprendre. C’était plus une école virtuelle qu’une enfance virtuelle, répondit-elle, résignée.

— Très intéressant ! Peut-être qu’un jour cette technologie sera à la portée de tous et que nous pourrons faire de petits voyages comme celui-ci. Mais nous parlerons des voyages tout à l’heure. Nous arrivons au moment de l’émission où c’est moi qui ai un secret pour vous Vera !

— Vraiment ? De quoi s’agit-il ?

— De notre invité mystère ! Nous avons demandé à une personne de votre entourage de venir témoigner auprès de vous. C’est votre surprise de la soirée !

— Eh bien, j’espère que ce ne sera pas une mauvaise surprise, rétorqua Vera, intriguée.

— A vous d’en juger ! s’exclama Miguel en se levant et en se dirigeant vers le rideau. Mesdames et messieurs, veuillez accueillir notre second invité de la soirée, Ryan Fellings ! 

Sous un tonnerre d’applaudissements, Ryan Fellings salua l’assistance. C’était un homme d’âge mûr, les cheveux roux, les yeux d’un bleu limpide, vêtu d’un costume dernier cri vert amande qui s’approcha d’une Vera sidérée. Il l’enlaça afin de l’embrasser avec tendresse. Vera répondit par un petit sourire crispé. Une fois que tout le monde fut rassis, Miguel reprit son show d’une voix criarde :

— Eh oui Vera ! Votre cher papa, celui qui vous a imaginée et conçue, celui grâce auquel vous êtes là aujourd’hui ! N’est-ce pas une bonne surprise ?"
 
Reflets de miroir est à 1,60 euros (e-book) sur amazon : allez-y !      
Repost 0
Published by Lina Carmen - dans écriture
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 16:49

Dans l'article précédent, je mentionnais la recherche d'un illustrateur, ou d'une photo pour réaliser la couverture d'un livre. En fait, je viens de découvrir grâce à un auteur, Bruno Challard, un service de création gratuit de couvertures sur le net : MyEcoverMaker. Lisez son article en cliquant ici, il nous a même préparé un tutoriel pour nous expliquer comment utiliser ce service. En fait, c'est assez simple !

 

Voici donc une information à ne pas laisser passer...

 

Auteurs, à votre souris !

 

Vous avez des livres à auto-éditer !

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Autoédition
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 18:34

 

Beaucoup d'auteurs sur le net se sentent perdus lorsque l'on parle d'auto-édition. De nombreuses questions se bousculent dans leur esprit. Comment se faire connaître ? Comment présenter un texte de qualité ? Des questions logiques car l'auto-édtion laisse l'auteur seul avec l'élaboration de toute la chaîne du livre : écriture, correction, impression, diffusion. Voici donc quelques conseils afin de vous donner un aperçu des grandes lignes.

 

1.       Ecrire un premier jet. Le laisser reposer quelques temps, le relire et le corriger.

 

2.       L’envoyer à des bêtas-lecteurs : des amis, des proches, des internautes.

 

3.       Corriger de nouveau le texte grâce aux remarques des bêtas-lecteurs.

 

4.       Le faire corriger par un spécialiste de la langue française. (Par exemple un professeur de français à la retraite) A ce stade de l’auto-édition, il ne doit plus rester de fautes dans le texte.

 

5.       Trouver un illustrateur ou un photographe pour l’illustration de couverture. Soit lui acheter son œuvre, soit lui proposer une publicité en retour, soit lui proposer un petit pourcentage sur les œuvres. Ou acheter/trouver une photo libre de droits sur le net.

 

6.       Se lancer dans l’auto-édition numérique sur amazon par exemple. Suivre le guide à cet effet

 

7.       Faire sa publicité sur le net : blog, vidéo de présentation du livre, réseaux sociaux (FB, twitter, google+), forum, groupe, faire des promotions…

 

8.       Ayant amassé un peu d’argent grâce à la vente du livre numérique, prévoir une auto-édition papier avec CreateSpace (amazon) ou Lulu .

 

9.       Faire de nouveau sa publicité sur le net (voir le point 7) et présenter son ouvrage lors de salons du livre dans sa région.

J'espère que ce tour d'horizon permettra à certains auteurs de se préparer à l'auto-édition. Je vous conseille d'ailleurs d'être présent sur le net bien avant l'édition numérique de votre ouvrage afin qu'on ne croit pas que vous n'êtes là que pour vendre. Participez à des discussions sur des thèmes qui vous intéressent, lancez des défis littéraires... donnez pour recevoir ensuite !

 

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Autoédition
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 18:41

Voici un roman de Fantasy que je vous conseille vivement ! Il est en vente sur amazon à un petit prix, voici le lien : cliquez ici

Et pour le site d'Ekas, il faut voir par ici ! 

Si vous voulez plus de renseignements sur ce roman, vous pouvez aussi aller directement à cette page.

andehir.jpg

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Lecture
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 18:58

Dernièrement, j'ai eu l'occasion de lire le roman de Christel Lacroix : "Asteria Rubens". J'ai beaucoup aimé l'écriture, si bien que je l'ai lu lentement, me délectant de chaque mot. Un vrai régal !

Je pense qu'on peut classer son roman dans le genre de la science fiction même s'il y a en réalité un mélange de genres. L'histoire est simple mais écrite avec beaucoup de poésie et une certaine profondeur qui nous pousse à nous interroger. La philosophie et la psychologie se croisent harmonieusement. Je dois dire que cette manière de mélanger les genres afin de faire passer des messages, me fait penser à mon style. Christel utilise elle aussi la science fiction pour nous pousser à la réflexion.

 

Je vous retranscris la quatrième de couverture :

 

"Un, deux, trois, quatre, cinq être humains, cinq personnalités, pétris d’amour, de faiblesse, de beauté et de vue : Sung, Sunnivan, Iloane, Terran, partis en voyage à l’autre bout du globe, se retrouvant dans un monde paradoxalement troublant. Au fil des pages, le futur, le passé et la réalité alternative des personnages s’entrecroisent, les liens de l’imaginaire et ceux du réel se trament en une étrange toile de fond. Le lecteur, retrouvant des fragments de son âme dans chaque personnage, va s’identifier à eux et affronter le doute qui mûrit inexorablement. Il craindra alors ne jamais répondre à ses interrogations et pourtant il essaiera car nul choix ne lui sera laissé."

 

Voici également un extrait (j'ai eu quelques difficultés à en choisir un ! Il y a tant de beaux passages...) :

 

« De magnifiques arbres s’élançaient en maître du monde pour aller crever le ciel ; de variétés connues ou inconnues, ils semblaient tous s’être réunis ici, bravant les conditions climatiques et les aléas du biotope. Toutes les variétés, classes, ordres, familles, genres,  espèces, se serraient et se côtoyaient. Chaque arbre rivalisait de beauté majestueuse avec son voisin, chaque feuille laissait éclater un vert émeraude indescriptible et aveuglant. Si on tendait l’oreille, si on fermait les yeux, on pouvait presque entendre couler leur sève, essence de vie et d’oxygène. Tout était beau, tout était calme. »

C'est donc un roman que je recommande. Le seul "hic", son prix, presque 21 euros ! Je fais donc un petit clin d'oeil à Christel, peut-être que moins cher, tu vendrais plus ! Mais bon, c'est la dur loi de l'édition...

Voici le lien pour l'acheter sur amazon, il est un peu moins cher : link  ASTERIA_RUBENS.jpg

 

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Lecture
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 19:43

Que désire avant tout un auteur ? Écrire ce qu'il aime, écrire ce que les lecteurs aiment, être lu ou être édité ?

Laissez moi répondre à ces questions. Personnellement, je préfère écrire ce que j'aime et être lu. L'idée communément admise est qu'un bon auteur, c'est celui qui est édité par une grande maison d'édition et dont l'ouvrage trône sur les étalages des librairies. Bien entendu, ces maisons d'édition éditent de nombreux auteurs talentueux, à notre grand bonheur. Mais savez-vous combien d'exemplaires partent au pilon chaque année ? Un cinquième de la production ! C'est à dire une centaine de millions d'exemplaires ! Pourquoi investir dans tous ces ouvrages pour si peu de ventes ? C'est vraiment illogique. Alors que, vendre en numérique et autoéditer avec Greate Space (amazon) pour la version papier, c'est beaucoup plus rentable ! (Greate Space imprime les livres à la demande).

Et que penser des exigences des éditeurs ? Par exemple, le guide de l'édition jeunesse 2013 est sorti. Voici un résumé de son contenu : des recommandations aux auteurs et illustrateurs jeunesse (pour être édité), des adresses (producteurs, éditeurs...) et les demandes des éditeurs : ce qu'ils recherchent pour leurs collections, quels genres de textes et d'illustrations. Et oui ! De bons conseils pour satisfaire les éditeurs et ainsi obtenir le privilège d'être édité chez eux !

Ne cherchez donc pas à être vous même mais conformez-vous au dictat de l'édition si vous voulez une petite chance de retrouver votre oeuvre en tête de gondole... Et c'est ainsi qu'on nous sert, à nous, lecteurs, une série d'ouvrages stéréotypés dont le dénouement est facile à deviner...

Alors, si vous voulez votre liberté, si vous voulez écrire ce que vous aimez, autoéditez !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Autoédition
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 19:25

Les auteurs se posent souvent la question : "Devrais-je passer par l'autoédition ou continuer à rechercher un éditeur ?" J'encourage tous les auteurs à se satisfaire de l'autoédtion pour une raison essentielle : la liberté. Celle d'éditer ce que vous désirez, au moment et au prix que vous voulez. D'ailleurs, au sujet du prix, précisons que grâce à l'édition numérique, il est possible de proposer des ouvrages à petit prix car la production d'e-book ne coûte presque rien ! (Il faut juste un ordinateur et beaucoup de temps).

Mais est-il possible de réussir à se faire connaître sans la promotion et le réseau de distribution des grands éditeurs ? Pour réponse, je vous propose de vous pencher sur le parcours de David Forrest, en suivant ce lien : Video : David Forrest, auteur auto-édité à succès.

Je me pose juste une question en rapport avec les derniers propos de David Forrest. Quel est le statut de l'auteur-éditeur ? David Forrest précise que l'auteur qui autoédite est considéré comme un éditeur. Lui-même a créé sa propre société. Personnellement, je ne suis pas confrontée à cette situation car mes ventes sont pratiquement inexistantes. Mais imaginons que dans l'avenir, je vende régulièrement des ouvrages numériques et papiers. Devrais-je créer une société ? Ne serait-il pas possible d'obtenir un statut plus simple comme auto-entrepreneur ? 

J'espère trouver la réponse à ces questions. Dans ce cas, je ne manquerai pas de vous le faire savoir.

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Autoédition
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 21:47

Voici le lien pour acheter mon recueil de nouvelles de science fiction (e-book) : "Reflets de miroir". N'hésitez pas, il n'est qu'à 1,60 euros ! Cliquez ici. 

 

« Reflets de miroir » regroupe trois nouvelles autour du thème de l’apparence, de notre relation à notre corps ainsi que le regard que nous portons sur nous-mêmes. Lina Carmen utilise ainsi la science fiction pour nous faire réfléchir sur la construction de notre identité.

A Mira, le ministère de l’esthétisme règne en maître. Les adolescents sont bien obligés de travailler pour obtenir l’argent nécessaire à leur chirurgie esthétique. S’ouvriront alors pour eux les portes de l’université et du monde du travail. Bien entendu, tout le monde n’est pas prêt à se soumettre…

 

Dans l’univers de Vera Kops, on veut aussi lui imposer un physique et un destin tout tracés. Deviendra-t-elle cette grande star désirée par son père ? Où suivra-t-elle sa propre voie ?

 

Quant à Mireille Derroga, sa vie s’est arrêtée le jour où sa fille est décédée dans un accident. Boulimique, son corps reflète son état d’âme. Mais elle aura l’opportunité de se retrouver face à un « autre moi ». Une Mireille dont les décisions auront été bien différentes…

Lina illus

Repost 0
Published by Lina Carmen - dans Autoédition
commenter cet article